missing friends

(N)Expresso, Wouaf’s Else

Expresso à été une formidable rencontre.

Peut-être et probablement, le plus grand chien qui ait à ce jour franchi la porte de Pulp68. Malgré une grand faculté pour tricher avec ses poils afin d’augmenter son volume corporel, il n’était pas en reste.

Une énorme masse de muscles sous une gigantesque couche de gentillesse. Un regard unique et une babine si grande qu’un filet de bave représentait à lui tout seul la quantité de soda d’un menu Mc Donalds Giant 🙂

Expresso formait un duo unique et fusionnel avec Virginie.

Normalement, un Saint-Bernard doit avoir un tonneau de gnôle autour du cou, mais lui c’était plutôt une bouée de sauvetage rouge pour ressembler à Mitch Buccanan.

On aurait pu dire  » aussi à l’aise en surf qu’en skate  » mais cela aurait été mentir, car vu la taille de ses pattes, ce n’était pas simple de le faire monter sur un skate !

On a bien essayé, une fois, et il avait accepté, par gentillesse, plus que par envie, car même la plus grande des boards ressemblait à une fingerboard sous ses pattes pouvant chausser du 58 !

Allez, bon ride Expresso… il doit y avoir du swell sous le rainbow bridge

10708301_858381590852964_1099399258_n

 

 

Jazz !

Jazz était le chien de Louis, il est arrivé assez tôt dans l’histoire du shop. Il baladait déjà sa truffe du côté de Pulp avant même l’arrivée du 68 ! Jazz c’est ce que l’on pouvait nommer un chien de dessin animé, avec une bouille pas possible et un air rigolo.

A moins que je ne me trompe, je crois que c’était un bâtard, mais au sens noble du terme, un mélange de plein de choses qui au final fait un chien exceptionnel  !

C’était une vraie calamité, sa passion consistant à bouffer les shoes, ou plutôt, les boules de papier se trouvant à l’intérieur des shoes. Il avait l’air d’avoir pleinement conscience des bêtises qu’il était entrain de faire, pourtant, cela ne le dérangeait pas.

Le plus gros problème restait de devoir ranger derrière lui, car ces fameuses boules de papiers étaient réduites en confettis en moins de temps qu’il me faut pour écrire ces lignes.

Il existait deux versions de Jazz, la version hiver à poils longs et la version estivale à poils courts et suivant l’humeur capillaire de louis !

C’était un rayon de soleil, toujours joueur et plein de bonne humeur, un sacré chien. J’avoue que bien que c’est un être sympa, ça me faisais toujours un peu chier quand son maître passait sans lui 🙂

Sa place est à jamais parmi nous ! Jazz le bouffeur de shoes !

5288_1040766838958_713349_n

 

AKIMA !

Akima est arrivée dans les bras de Mat, c’était vraiment ce que l’on peut appeler une de « boule de poils » . Un chien qualifié aujourd’hui par des simples d’esprit comme de dangereux !

Sa race, le Rotweiller est Victime du racisme canin absolument insupportable de la part de notre société. Akima a passé pas mal de temps au shop. A tel point qu’elle trépignait d’y arriver a chaque fois que Mat se rapprochait.

Elle à connu les 4 lieux, mais c’est surtout à l’Avenue de Chamonix qu’elle à passé beaucoup de temps. Elle à fait partie des premières mascottes de Pulp68 et elle en fera toujours partie.

Je me souviens qu’on l’avait posée sur le flipper quand elle était bébé, elle adorait suivre la boule à travers la vitre. Ca la rendait dingue, elle aimait tellement cela. A tel point que lorsqu’elle à fait 25 kilos on a arrêté de la poser dessus. Son kiff, continuer à jouer. Une fois arrivée et les léchouilles d’usage effectuées, elle sautait sur le flipper avec ses deux pattes de devant et aboyait pour qu’on lance la bille… on avait pas le choix !

Pour moi, le seul « calvaire » consistait à trouver un moyen de la faire arrêter de me faire des bisous. Akima, c’était vraiment quelqu’un de la Pulp Family.

Son regard était si expressif, Mat ouvrait le coffre de sa voiture, elle courrait à mes pieds et me regardait droit dans les yeux, assise devant moi pour avoir une caresse.

Même dans ses vieux jours, lorsqu’elle venait moins, elle n’a jamais cessé ce rituel.

Love you !

189780_1008107410107_7992_n

la page  » missing friends  »

Lorsque l’on a ouvert en 1995, on était très loin de se douter que cette expérience provisoire durerait 18 ans !

18 ans c’est beaucoup, surtout pour certains amis à 4 pattes ! Ils ont, pour certains faits partie de la vie de Pulp68, ils sont venus dire bonjour, bouffer les shoes, jouer, et foutre le bordel, on ne les oublieras jamais !

C’est pour cela que j’ai crée la rubrique  » missing Friends « , elle n’est pas simplement destinée aux animaux, mais surtout aux amis, à ceux qui ont partagé un peu de notre quotidien.

Pour nous il n’y a pas de différence entre la peau, les poils, les plumes ou peu importe !

La seule chose qui compte, c’est d’avoir le moins de choses à écrire dans cette rubrique !
can-t-keep-calm-i-keep-missing-my-best-friends-2