Le Calendrier de l’Avent, vente spéciale

Pulp68, The Geneva Skateboard Museum sera ouvert exceptionnellement ce lundi pour la vente du Calendrier de l’Avent de 13h30 à 16h.

Il aura fallu plus d’un an pour concrétiser ce projet.

Il à été édité en deux exemplaires et est mis en vente au prix de 399.-

C’est un véritable calendrier de l’Avent et un cadeau de Noël unique, en ouvrant la première porte et la dernière le 24 vous repartirez avec un skateboard complet ainsi que tous les accessoires permettant de le construire jours après jours.

C’était un challenge c’est devenu une réalité !

The Advent Skateboard Calendar World Premiere

ou

The World First Skateboard Advent Calendar

ou simplement…

 

Le premier calendrier de l’Avent qui permet de rider le 24 décembre !

 

 

 

15167482_10154524398172247_6657687533123544547_o 15123340_10154524397142247_1465750072919046281_o 15123426_10154524394577247_1281630704432376246_o

 

Cliché is dead…

C’est un peu LA grosse news qui vient de tomber.

Après des semaines de bruits de couloir, la news est tombée.

Enfin, semble tombée.

Dwindle, propriétaire de la marque après le rachat en 2009 ne serait plus disposé à continuer d’investir dans Cliché et préfèrerait l’arrêt définitif. Ils ne seraient également pas ouvert à une cession de nom.

Un choix qui cache certainement des enjeux et des chiffres que nous n’avons pas un main, mais c’est une part importante du skate Européen qui se tourne.

Dommage, les dernières créations signées MarkMcKee étaient une belle réussite et prouvait que le skate pouvait encore être subversif !

Rip Cliché !

 

Selon d’autres bruits de couloir, Cliché devrait renaître sous en autre nom en 2017.

Cliche-skateboard-logo

 

 

 

 

Burton ressuscite l’histoire

Après Craig Kelly, Haakon air et Brushie cette année, B13 continue sur sa lancée en ré-éditant d’anciens modèles.

Au menu de l’an prochain, deux modèles mythiques sont attendus !

Ils seront, comme toujours, édités en série limitées et il faudra être très rapide pour en trouver une !

L’épée en bois, logique, et la Michi Albin designée par Mark Gonzales

 

Terje_snowboard wpid-burton-albin

Vans Pro Serie 1999

Il y a 17 ans j’offrais une paire de Vans à mon père, 17 ans après, il revient avec !

Une époque incroyable, ou les skateshoes étaient solides et confortables, à ses pieds elles ont traversé pas mal de continents. Ok, je sais ce que vous allez me dire, mon père ne fait plus de skate, mais il à marché avec et la semelle n’est pratiquement pas usée.

Preuve si il en est que les marques peuvent faire des chaussures résistantes si ils le souhaitent. La semelle cousue n’a pas bougé et les triples coutures du cuir n’ont pas lâché !

Oui, c’est surprenant, mais il y a 17 ans Vans fabriquait autre chose que des slip-on et des Old-Skool, ils avaient même un gros département de design technique pour trouver des moyens de rendre les shoes solides. Oui, mais ça, c’était avant….

Si elles vous paraissent étrange pour des Vans, c’était la tendance de la skateshoes, à l’époque nous avions des arguments pour expliquer pourquoi une chaussure de skate était mieux qu’une chaussure de supermarché, les marques rivalisaient d’ingéniosité pour vanter leurs mérite. Elles étaient vraiment solide et rembourées, et si elles vous paraissent moches, ne rigolez pas trop, ce style de shoes devrait revenir assez vite sur le marché ! Les 90’s sont à nos portes !

Merci à lui, c’est une contribution pour le musée !

IMG_5802

 

 

Le skatepark parfait !

Nous sommes à bout touchant du départ de construction du  » skate-plaza  » de Lancy et il est temps de se demander si le skatepark parfait existe ! La réponse est et restera non, il y a des centaines de manière de pratiquer et par conséquent des centaines de demandes spécifiques sur les obstacles. Créer le skatepark parfait est une tâche impossible, mais contenter le plus de monde possible est par contre une possibilité, voir une obligation.

Mais comment gérer toutes les demandes différentes lorsque certains veulent des courbes, d’autres des blocs et les derniers des plans inclinés, comment gérer  le fait qu’un débutant puisse avoir autant de plaisir qu’un vétéran ou qu’un skateur confirmé ? Comment gérer le fait de pouvoir contenter tout le monde et par conséquent en frustrer certains ?

Il faut partir de la base même du projet, comprendre comment il est né, et quelles sont les attentes des collectivités.

Dans le cas de skateparks publics, la demande émane souvent d’un groupe d’utilisateurs multiples, que ce soit au niveau des pratiques ou des âges. Tout ceci compliquant la tâche.

Dans un cadre privé c’est beaucoup plus simple, mais il faut se rendre à l’évidence, la Suisse n’est pas la Californie et la création d’un skatepark privatif n’est pas pour demain. Enfin, après-demain, peut-être avec les JO mais nous n’en sommes pas encore là.

On y ajoute les  » normes suisses » souvent utilisées par certaines entreprises comme un joker absolu pour vendre leurs mérites.

Au delà de ces  » normes  » plus ou moins établies, il y a le bon sens, ne pas faire n’importe quoi sur un espace public qui pourrait être dangereux. Souvent on y ajoute encore la vision du BPA juste pour compliquer le tout et bienvenu dans d’interminables séances de travail

Bien entendu le danger zéro n’existe pas, il y aura toujours quelqu’un pour essayer quelque chose que vous n’aviez même pas imaginé.

Et puis il y a les exigences de constructions, qui sont encore une barrière de plus à franchir. Les données techniques à respecter. les contraintes de fabrication. On y ajoute des normes qui régissent l’espace public et on comprend pourquoi, dessiner le skatepark parfait est impossible.

Ce qui est parfait pour les uns ne l’est bien souvent pas pour les autres. La pratique du skate n’est pas une science universelle mais bien une démarche, un feeling et un choix personnel. Le seul skatepark parfait se nomme la rue ou l’utilisateur est libre d’aller chercher, bien souvent illégalement, le module de son choix pour y effectuer son tricks favori.

Dans le cas de Lancy, depuis trois ans, nous essayons de naviguer entre compromis et légalité, de contenter le plus de monde possible, de tenir compte des diverses demandes provenant des divers utilisateurs et surtout, de comprendre ce qui existe déjà dans un périmètre donné. Plainpalais pour tout ce qui est bowl, Wilson dessiné par Og Skate pour tout ce qui est street, La nouvelle rampe de Plan-Les-Ouates pour les amateurs de courbes.

Lancy ne se voudra pas élitiste ni spécifique, mais ludique et progressif, un skatepark finalement destiné à tous et toutes ou il sera possible de s’entraîner et progresser dans un cadre unique et magnifique.

La finalisation des plans est en cours, les premiers coups de pioche devraient arriver pour décembre !

 

olo-parc-lancy

 

 

 

 

 

 

 

 

El Dia De La Mu’Arte

Lundi aura lieu le pré-vernissage de l’exposition.

Dès 16h30 un goûter sera servi aux enfants pendant que les adultes pourront se rassasier les yeux

Pour le vernissage c’est Mardi 1 novembre avec l’ouverture officielle de l’exposition  » El Dia De La Mu’Arte  »

Du 1er novembre au 13 novembre, The Geneva Skateboard Museum & Miniview 5.0 présente une nouvelle exposition en hommage à la fête des morts mexicaine. « El Dia De La Mu’Arte » rassemble plus de cinquante artistes, à découvrir au 115 route de Vernier à Chatelaine.

La précédente exposition, organisée en Juin 2016 sur le thème des Arts Polynésiens, fut un réel succès. C’est pourquoi le comité a décidé l’organisation d’une nouvelle manifestation pour octobre. Cette dernière regroupera plus d’une cinquantaine d’artistes locaux et internationaux. Contrairement à Halloween, cette fête se veut festive et colorée.

 

Toutes les formes artistiques seront représentées: peintures, sculptures, photographies, arts plastiques. Chaque exposant présent a eu libre choix quant à son support. Les artistes reconnus et anonymes ne sont pas forcément au centre de l’exposition mais ce sont bien les œuvres qui font vivre l’événement. Jim Zbinden, organisateur de l’événement et président d’honneur de The Geneva Skateboard Museum le confirme : « Ce que je préfère dans les expositions à Pulp68/ The Geneva Skateboard Museum, c’est que les gens intéressés par une pièce ne sont pas influencés par le nom ou la quotte d’un artiste. Ils sont simplement conquis visuellement par la pièce qu’ils ont vue. C’est ensuite qu’ils demandent des renseignements sur l’artiste. « 

affiche_logo_eldia

 

101-Gabriel Rodriguez

C’est la première pièce de ce trésor reçu aujourd’hui.

101 Gabriel Rodriguez

Ré-éditée avec le shape new school et  » silk printed  » cette board en édition limitée est un véritable trésor pour les collectionneurs. Seulement 10 pièces en Suisse ( 300 dans le monde )

 

IMG_5584

 

Son passage chez Chocolate

arrivage de matos exclusif

Une quantité de boards exclusives est arrivée aujourd’hui

Des pièces rares et collector souvent éditées en tirage limité qui vont remplir nos rayons !!!!

Quand je n’ai pas envie d’en vendre une seule et de toutes les garder pour moi, c’est toujours bon signe !

 

Elles vous seront présentées en détail ces jours

IMG_5580